?
Parole d’expert Questions / Réponses Le saviez-vous ? Glossaire
Tout savoir, tout comprendre sur l’audition !
A

Bourdonnement, sifflement ou tintement ressentis dans le crâne ou dans l'oreille, d'un seul ou des deux côtés. Un phénomène courant chez beaucoup de personnes, pour l'avoir ressenti de manière temporaire après une exposition au bruit ou après une période de stress. Les acouphènes sont alors de faible intensité et disparaissent au bout de quelques minutes ou de quelques heures. On distingue les acouphènes objectifs (5 % des cas) perçus par l'entourage de la personne, des acouphènes subjectifs (95 % des cas) perçus par la personne seule. Les acouphènes ont des origines, des causes et des symptômes divers. Les acouphènes peuvent être un symptôme d'alerte de l'atteinte auditive, mais lorsqu'ils perdurent au-delà de quelques mois, ils constituent une véritable gêne souvent douloureuse. Il est indispensable de consulter.
Bande passante des fréquences perceptibles par l’oreille humaine. Nous ne sommes pas égaux devant la perception du son : théoriquement, l'oreille humaine peut percevoir des fréquences comprises entre 20 Hz et 20.000 Hz, en réalité les études montrent qu'il n'y a pas deux individus qui entendent les mêmes choses. L’acuité auditive varie en fonction de l’âge (la sensibilité acoustique diminue en vieillissant), du terrain héréditaire ou de l’éducation musicale de l’oreille.
Prothèse auditive destinée à corriger les pertes de l’ouïe ; les progrès technologiques ont permis l’introduction du numérique en lieu et place de l’analogique, c’est-à-dire que les sons ne sont plus seulement convertis en signaux électriques mais numérisés, traités et analysés par des algorithmes. Qu’il soit sous la forme d’un contour d’oreille ou intra-auriculaire, un appareil auditif capte, traite et amplifie les sons, il se compose d’un micro qui capte les sons de l'environnement bruits et paroles, du corps de la prothèse ou amplificateur qui adapte le son au type de surdité de chaque personne et d’un haut-parleur qui restitue le son corrigé dans le conduit auditif externe. Toutes les aides auditives fonctionnent avec des piles.
Absence de réponse comportementale ou physiologique à tout stimulus auditif ; on parle aussi de cophose ou surdité totale.
Suite à une audiométrie tonale et vocale (des tests d’auditions), l’audiogramme est le graphique qui permet de visualiser la capacité auditive d’une personne. Sur la base d'audiogrammes, l’audioprothésiste détermine le degré de la déficience auditive et en assure sa réhabilitation : l’audiogramme est ainsi le support visuel simple et clair pour rendre compréhensible le problème auditif des patients et sa correction.
Etude de l'acuité auditive.

  • Audiométrie tonale : écoute de sons pures selon plusieurs fréquences (125 Hz à 8 ou 10 voire 12 KHz) ; l’audiométrie tonale liminaire est la recherche du seuil de perception ; testée à des intensités de plus en plus fortes, elle mesure le seuil de tolérance ou d’inconfort. Cet examen est réalisé tour à tour sur chaque oreille avec un casque (audiogramme en voie aérienne) puis par un vibreur appliqué sur le crâne de chaque côté (audiogramme en voie osseuse). Ce test peut se réaliser oreille appareillée, le son est alors émis par un haut-parleur, il est dit : test en champ libre.
  • Audiométrie vocale : écoute de mots parlés dans une ambiance calme ou bruyante avec ou sans casque pour juger des capacités d’intelligibilité. Elle permet le recherche également des seuils oreille séparée des seuils de confort ou d’inconfort ; elle peut être réalisé en champ libre sans et avec les aides auditives. C’est le test qui reproduit la situation de gêne la plus souvent décrite : « je ne comprends pas bien je fais répéter et c’est pire quand il y a du bruit autour »
Professionnel paramédical de santé qui délivre les prothèses auditives sur prescription médicale préalable et obligatoire, celle du médecin spécialiste ORL en est la règle. Il procède au choix au réglage à l’adaptation et au contrôle d’efficacité immédiat et permanent des appareils et en assure le suivi à l’usage.
B

Sensation auditive désagréable. Le premier effet du bruit sur la santé concerne bien sûr l'audition. Ainsi un bruit brutal ou une exposition prolongée à un environnement sonore trop élevé (au niveau de 90 décibels) peut provoquer une altération temporaire ou définitive de l'ouïe. A plus de 105 décibels, des pertes importantes de l'audition peuvent se produire. Le seuil de douleur est fixé à 120 décibels. Au-delà, le bruit est intolérable et provoque de fortes douleurs et des pertes d'audition irréversibles. Le bruit est défini par l'Association Française de Normalisation (AFNOR) comme « tout phénomène acoustique produisant une sensation auditive désagréable ou gênante ». Pour le quantifier, on utilise le décibel A (dB(A)). Cet indicateur correspond à une mesure physique instantanée du niveau sonore. D'après une enquête de l'INSEE, 54 % des Français vivant dans les grandes villes placent le bruit en tête des nuisances. Ce sont les transports (automobile, train, avion) qui sont source de gêne, puis les discothèques, les bruits de voisinage, les aboiements des chiens et les chantiers.
C

Aux grandeurs physiques mesurables des sons et des bruits (fréquence, niveau sonore, spectre) sont associées des grandeurs physiologiques correspondant à la sensation auditive effectivement perçue par l’oreille. La gamme audible du champ auditif humain comprend les fréquences de 20 Hz à 20.000 Hz. Toutes les fréquences de vibration ne sont pas entendues par l’homme. L’oreille ne perçoit ni les sons qui ont une fréquence inférieure à 20 Hz (les infrasons), ni les sons qui ont une fréquence supérieure à 20.000 Hz (les ultrasons) que perçoivent certaines espèces animales.
Appareil de correction auditive doté d’un micro, d’un amplificateur, d’un mini haut parleur avec un tube de plastique qui est connecté à l'embout. Sous le terme générique de « contour d'oreille », on trouve aujourd'hui de nombreux modèles de styles et de performances variés. Il existe le « contour d'oreille traditionnel » avec un embout moulé en acrylique ou en silicone et avec un boitier externe de taille moyenne placé entre la mastoïde et le pavillon de l’oreille ; le « contour d'oreille avec embout ouvert » ou encore appelé « open-fit » dont l’embout ou canule ne bouche pas le conduit, adapté aux personnes nécessitant une amplification légère ou modérée.
Dans le langage médical, surdité est synonyme d'hypoacousie. Pour la perte complète de ce sens, on parle d'anacousie ou de cophose : une absence de réponse à tout stimulus auditif (perte de 120 dB), soit une surdité totale.
D

Unité de mesure de l'intensité du son : un décibel est égal à 1/10 de bel (unité logarithmique du rapport entre deux puissances, connue pour exprimer la puissance du son nommé en l’honneur de l'inventeur Graham Bell) ; une augmentation de l'intensité égale à 1 bel équivaut à peu près à un doublement de l'intensité sonore.
E

Phénomène physique de rétroaction acoustique, il se produit lorsque l’émetteur amplifié (par exemple une enceinte acoustique) et le récepteur (par exemple un microphone) d'un système audio sont placés à proximité l'un de l'autre. Dans le cadre d’une prothèse auditive, l’effet Larsen est du même ordre. Il est aujourd’hui très bien contrôlé ou géré dans les aides auditives numériques. Il est néanmoins directement fonction de la qualité obturante de l’embout ou de la canule réalisé sur mesure.
H

Dysfonctionnement de l’audition caractérisé par une hypersensibilité de l’ouïe à certaines fréquences et intensités. Une personne atteinte d'hyperacousie ne pourra ainsi pas tolérer certains sons perçus comme normaux par les autres personnes. Cette hypersensibilité peut s'accompagner de douleurs auditives qui se manifestent au niveau des oreilles juste après la perception du son. Plus le son est fort, sec et aigu, plus il est insupportable et douloureux
I

Système électronique implanté qui fournit une stimulation électrique aux premiers neurones du nerf auditif et fait naître une sensation auditive centrale ou un certain niveau d’audition aux personnes atteintes d’une surdité profonde ou sévère. Des électrodes posées chirurgicalement sont situées dans la cochlée (ou oreille interne) d’où le nom d’implant cochléaire. Ces électrodes remplacent la fonction des cellules ciliées de l’oreille interne déficientes.
Appareil de correction auditive de petite taille fabriqué sur mesure pour s’adapter parfaitement à l’oreille. Il existe trois types de prothèses intra-auriculaires : intra conque (remplissant la conque du pavillon de l’oreille, il est visible et pour cette raison il est le moins utilisé), intra canal (deuxième appareil auditif le plus utilisé, après le contour d’oreille grâce à son aspect esthétique satisfaisant). intra profond (seule forme d'appareil auditif « invisible » intégralement logé dans le conduit).
M

Personne qui a une acuité auditive déficiente, le terme est préféré à « sourd ».
O

Acronyme pour oto-rhino-laryngologiste, une branche de la médecine spécialisée dans le diagnostic et le traitement des troubles du nez, de la gorge et de l’oreille. L’O.R.L. est le praticien qui effectue les examens d’audition et délivre l’ordonnance destinée à l’appareillage chez l’audioprothésiste.
L'une des fonctions de l'oreille est de capter puis de transformer les vibrations sonores en impulsions nerveuses envoyées au cerveau, afin de nous permettre de percevoir les sons. Il faut distinguer trois parties :
  • L’oreille externe, formée du pavillon et du conduit auditif.
  • L’oreille moyenne qui comprend le tympan et les osselets ou chaîne ossiculaire ; du fait de leurs formes caractéristiques, ses osselets s’appellent le marteau, l’enclume et l’étrier ; les sons sont le résultat de vibrations de l’air dans le conduit auditif qui ont pour effet de faire vibrer le tympan, vibrations transmises ensuite le long de la chaine ossiculaire.
  • L’oreille interne qu’on appelle aussi labyrinthe du fait de sa complexité ; elle est constituée de trois régions anatomiques : le vestibule et les trois canaux semi-circulaires qui contribuent au sens de l'équilibre, et la cochlée ou le limaçon qui sert à l'audition en codant les vibrations reçues.
Praticien paramédical, spécialiste des troubles de la communication liés à la voix, à la parole et au langage.
Examen qui permet de visualiser le tympan et le conduit auditif externe réalisé par un médecin généraliste ou un O.R.L.
P

Eléments du support du langage, de la pensée et de la communication, elle est constituée de bruits ou vibrations qui sont codés par les cellules de l’oreille interne pour faire passer sur le nerf auditif l’influx nerveux jusqu’au cerveau. C’est à ce niveau que ces bruits prennent sens pour devenir mots et phrases. La parole est une composante sur le plan acoustique extrêmement complexe, faite de bruits plus ou moins forts, plus ou moins aigus et dont l’ensemble de ces éléments est indispensable à sa compréhension. D’où la nécessité d’une bonne audition pour l’entendre et la décrypter. Plus il y a de bruit dans son environnement, plus il devient difficile de la percevoir. Même une audition normale est gênée dans le bruit pour comprendre la parole. La parole a toujours besoin d’un rapport signal sur bruit favorable pour être perçue.
Trouble de l’audition plus ou moins marqué selon les individus et qui résulte du vieillissement. Elle est définie comme une perte progressive de l'audition liée à l'âge, bilatérale et symétrique, surtout dans les fréquences élevées ou aigues. Le parallèle avec la presbytie est évident : un processus de vieillissement normal de la vision qui apparaît classiquement entre 40 et 45 ans. Après 60 ans, une personne sur quatre souffre de presbyacousie, gênante dans 2/3 des cas. Après 65 ans, la presbyacousie touche une personne sur trois et une personne sur deux après 70 ans.
R

Il définit la différence d’intensité entre le signal par exemple la parole S et l’intensité du bruit ou signal perturbant B. Il doit être positif pour que S soit perçu. Il définit une des limites de notre audition qui ne peut pas tout entendre !
S

Etat pathologique caractérisé par une perte partielle ou totale du sens de l’ouïe. En terme médical, surdité est synonyme d'hypoacousie (dysfonctionnement de l’audition caractérisé par une perte de sensibilité à certaines fréquences). Dans le cas d’une perte totale de l’ouïe, on parle d'anacousie ou de cophose (absence de réponse comportementale ou physiologique à tout stimulus auditif).
Audioprothésistes près de chez vous